Union de la droite du centre et des indépendants


Un budget qui ne satisfait personne

Le 7 février en conseil municipal nous n’avons pas voté le budget primitif de Lorient. L’union pour les lorientais, par la voix de Fabrice Loher a dénoncé un budget de 124,3M€ qui n’apporte aucune réponse de fond aux chômeurs, aux jeunes, aux commerçants, aux lorientais en général.

Le riverain peut-il se satisfaire de la simple reconduction des moyens de la police municipale et d’un maigre budget de 26 000 € d’investissements pour la vidéo-protection contre 100 000 € en 2018 ? Son quotidien nourri d’incivilités et de faits de délinquance ne changera pas.

L’automobiliste, trouvera-t-il des motifs d’espoir dans ce budget. Où sont les projets de parkings relais favorisant le report sur le réseau de transports en commun ? Quelles sont les solutions innovantes en matière de transports dont Lorient pourrait se faire l’ardent promoteur, pour favoriser leur fréquentation avec par exemple la gratuité du bus le samedi ?

Le commerçant qui attend des animations pour booster la fréquentation du centre-ville se trouvera- t-il conforté avec le maintien d’une enveloppe de seulement 15 000 € à l’année pour Lorient Compagnie des Commerces ? Que peut penser celui des Halles de Merville qui sollicite la ville pour une rénovation importante de la structure, alors que le budget d’entretien stagne à
15 000 € ? Les commerçants de nos quartiers y trouvent-ils davantage de moyens pour sauvegarder leur place ?

Le responsable associatif y trouve-t-il des solutions alternatives à la fermeture de l’Espace Cosmao-Dumanoir ? Avec des subventions aux associations en baisse, peut-il croire que son rôle et sa mission sont pleinement reconnus à Lorient ?

L’habitant du Bois-du-Château en sait-il plus sur les mystérieux projets de la ville sur la restructuration de son quartier ? Y trouvera-t-il enfin de l’emploi, du commerce, des services publics ?

Le riverain qui s’est plaint en réunion annuelle de quartier de la saleté de la voirie peut-il se satisfaire d’un contrat de prestations de Loris qui n’augmente que de + 0,45 %, autant dire qui diminue en euros constants ?

Qu’apporte ce budget à toutes ces personnes, aux 19,2 % de la population sous le seuil de pauvreté, au 18,9 % de Chômeurs de la ville de Lorient ? Rien… ou bien peu…

Ce budget ne répond donc à aucun des grands défis de Lorient : l’emploi et l’attractivité économique, le pouvoir d’achat, la sécurité des lorientais, l’animation du centre-ville et des quartiers, le taux de vacance commercial, la propreté de la ville, le soutien à la vie associative. 


Permanences 25 rue Marie Dorval (02 97 84 81 35) :

  • 27 avril : Liliane Petre
Retour en haut