Union de la droite du centre et des indépendants


Jacques Bourhis, un Lorientais engagé pour sa ville

Dans le dernier numéro de Lorient magazine, mon collègue Jean Le Bot déplorait à juste titre certains comportements d’élus locaux : absentéisme en commission préparatoire au conseil,
prise de parole sous forme de discours fleuves pour certains plus bavards que nécessaire…A cette liste, on pourrait ajouter un manque de courage politique parfois quand les élus sont prisonniers de leur étiquette politique ou de leur crainte de fâcher la majorité locale et de se voir ainsi évincer de la prochaine liste pour les élections municipales !
La vie politique amène son lot de déceptions mais aussi, et heureusement, permet de belles rencontres. Je veux rendre hommage ici à Jacques Bourhis, ancien conseiller municipal de la ville de Lorient, citoyen dévoué à sa ville, engagé pour son club le CEP dont il faisait partie du comité directeur.
J’ai connu Jacques lors de mes premiers pas en tant que conseillère municipale : son sérieux, son humilité, sa connaissance des dossiers mais aussi sa bienveillance en faisaient un homme remarquable. Lors de ses obsèques à l’église Sainte Anne d’Arvor en avril dernier, le père Yves Boulot a résumé ainsi la vie de Jacques : « aimer et servir ». Le bel hommage qui lui a été rendu témoigne de cette vie bien remplie où l’engagement auprès des autres et le sens du devoir (il était ancien parachutiste) ont été des marqueurs forts.
Jacques était particulièrement investi au CEP dont il était « la mémoire » : adhérent et membre actif au club de foot depuis l’âge de ses 20 ans, fervent supporter de l’équipe de basket, il faisait partie des piliers du comité directeur, ne comptant pas son temps pour aider au fonctionnement du CEP. En politique, il était comme « un sage » : son expérience lui permettait d’avoir
le recul nécessaire pour analyser les situations et être de bon conseil. Il ne cherchait pas à se mettre en avant, mais juste à être utile à sa ville et à défendre les valeurs en lesquelles il croyait : à nos côtés en tant que conseiller municipal, puis en soutien moral et logistique lors des récentes campagnes municipale et régionale. Il nous manquera beaucoup et la tenue du bureau de vote lors des élections européennes prochaines (en ce mois de mai où je vous écris), sera forcément empreinte de tristesse car il était fidèle au rendez-vous : il apportait joie de vivre et efficacité comme à son habitude. 

C’est aussi cela la politique, rencontrer de belles personnes dont on gardera longtemps le souvenir. 

Gaëlle Bois

Retour en haut