Le mot de la majorité


La nature en ville, un projet cultivé et partagé

Nous venons d’obtenir la 4e fleur du concours Villes et villages fleuris ; un prix qui ne se contente pas de souligner nos efforts en matière de fleurissement et de paysage. Il s’agit d’évaluer une politique globale, volontaire et cohérente en faveur de la qualité de vie et d’un certain art de ville. Déplacements doux, propreté, urbanisme, biodiversité, participation citoyenne, actions pédagogiques sont au nombre des critères déterminants pour parvenir à ce niveau de labellisation.

Nous avons su valoriser une grande diversité d’espaces verts, répondant aux aspirations des Lorientais : écrin de verdure intime, jardins à la française, bassin paysager, square avec cascade, grande prairie, quais plantés, aires de loisirs et de jeux… Au plus proche des habitants, cette nature constitue un bienfait pour leur cadre de vie, un des ingrédients de réussite de nos projets urbains. Intégrée en amont dans nos aménagements ou transformations de quartier, nous la considérons comme un des éléments privilégiés sur lequel appuyer notre vision des projets. Au Manio, le futur quartier se dessine autour d’une zone naturelle et humide, appelée en géographie « talweg ». À Bois-du-Château, le renouvellement urbain va renforcer une coulée verte reliant le coeur du quartier aux rives du Scorff. À Bodélio, la composition urbaine du futur quartier s’établit en tenant compte de la topographie des lieux, du respect des éléments paysagers existants comme du cheminement des eaux.

Cette préoccupation, nous la retrouvons également dans la conception du bâti, en encourageant les toits-terrasses ou encore la végétalisation des façades, à l’exemple des rues de Merville et Kerjulaude.
Ainsi la nature ne tient pas seulement lieu de décor, mais participe efficacement à la protection de l’environnement, défi de notre 21e siècle. Engagés de longue date dans la préservation de la biodiversité, du vivant et des continuités écologiques, nous affirmons les trames vertes et leur donnons toute leur utilité sociale d’espaces de promenade, de rencontre, de détente.

Car c’est bien là une des précieuses vertus de la nature que d’entretenir du lien social, à l’image des jardins familiaux, partagés, ou de toutes les initiatives citoyennes de culture comestible que nous accompagnons. Pionniers dans l’utilisation du zéro-phytosanitaire, nous recourrons à nombreuses pratiques écologiques d’entretien des espaces verts : récupération des déchets pour le paillage ou compost, adaptation de la fréquence et de la hauteur des tontes, zones-refuge pour les oiseaux et insectes, éco-pâturage… 

Nous pensons la nature et la ville, dans leur indispensable réconciliation, dans leur nécessaire relation de solidarité.

Bruno Blanchard, adjoint au maire chargé de la voirie, de la mobilité, des parcs et jardins, des travaux sur l’espace public et de la commande publique

Retour en haut