Expression de l'opposition : Lorient en commun


Pour une rentrée responsable et solidaire

À l’heure où nous écrivons ces lignes, la configuration dans laquelle se déroulera cette rentrée scolaire est imprécise. Il importe cependant d’anticiper les besoins liés aux probables crises sanitaire, économique et sociale, tout en préservant une ambition forte pour nos écoles, plus structurellement.
La dure crise économique annoncée va accroitre la paupérisation sur notre territoire, déjà fragilisé avec les 20 % de familles vivant sous le seuil de pauvreté. La municipalité dispose cependant de marges de manoeuvre importantes pour soutenir les plus vulnérables d’entre nous. Un plan alimentaire spécifique doit être mis en oeuvre. Il est impossible d’être disponible aux apprentissages lorsqu’on a faim. Proposons un petit déjeuner et ajustons le grammage au besoin alimentaire des enfants : entre la limitation du gaspillage alimentaire et la réponse aux besoin nutritifs essentiels, le bon équilibre est à trouver. Plus globalement, la question de l’accès aux services est un enjeu majeur : l’adoption d’une
juste tarification sociale, voire de la gratuité de services, comme la restauration scolaire, les transports ou encore l’accès aux équipements et manifestations culturels et sportifs est un axe important. Notre école doit être celle de l’égalité. Le Maire nous a garanti un plan d’équipement des écoles en outils numériques. En cas d’un rebond épidémique, il faut également recenser et répondre aux besoins des familles : nombre d’entre elles ne sont pas équipées et les enfants, démunis pour suivre les enseignements à distance, sont doublement pénalisés. Nous devons garantir la meilleure équité pour chacun des élèves.
Plus globalement, outre l’équipement numérique promis, la qualité de l’accueil scolaire passe par la réhabilitation des locaux. Un plan pluri-annuel de rénovation des écoles permettrait de donner une perspective aux services, aux équipes éducatives comme aux familles. En parallèle, une réponse rapide et efficiente aux menus dysfonctionnements qui, bien souvent, contraignent la vie scolaire, est indispensable.
Enfin, le périscolaire peut être renforcé avec des personnels formés, pour des activités alliant loisirs, éducation, citoyenneté, responsabilité. Une politique jeunesse émancipatrice induit le développement de l’action des médiathèques, du conservatoire, des associations culturelles et sportives, de l’action culturelle de proximité…
Dans un contexte de rentrée inédit, qui présente son lot d’incertitudes, l’heure est à la solidarité.

Retour en haut