À gauche, l'union citoyenne, solidaire et écologiste


Pour une transition énergétique à la hauteur

On disait les énergies renouvelables intermittentes, donc non fiables. On vient de constater, cet été, que les centrales nucléaires sont aussi intermittentes : il faut les arrêter quand il fait très chaud ou quand le niveau des fleuves est bas !
Il est plus que jamais clair qu’une bonne part de la solution est dans la sobriété et dans l’autoproduction, si du moins une politique résolue est mise en place en ce sens. Il est vain d’attendre de l’État une initiative dans ce domaine : il est empêtré dans son impasse nucléaire dont il ne sait comment sortir. La première nécessité est d’économiser, notamment en redéployant nos moyens vers la rénovation thermique du patrimoine immobilier. Le second impératif est de produire localement et s’appuyer sur le financement citoyen. Le partenariat Mairie/Oncimé montre que cela est possible. Le troisième impératif est de construire un avenir solide. Avec l’Université nous disposons des hommes et des femmes capables de tracer le chemin vers un avenir énergétique durable. Au lieu de voir nos dépenses énergétiques s’évanouir chez les gros prédateurs, mettons en oeuvre une forte politique énergétique locale, génératrice d’économies, de savoir-faire et d’emplois locaux. 

Il faut de vraies politiques écologiques, en matière d’énergie comme en matière de déplacements et d’alimentation pour être à la hauteur de la gravité et de l’urgence que Nicolas Hulot a très bien dépeintes récemment encore.

Paul Cornic (messagerie)

Retour en haut