Expression de l'opposition : Lorient en commun


La majorité n’agit pas, elle s’agite !

Gouverner en temps de Covid n’est pas simple, convenons-en. Malgré tout, nous ne pouvons pas mettre tous nos projets, toutes nos ambitions entre parenthèses. Nous subissons déjà le pass sanitaire, la perturbation de notre vie quotidienne, la crainte d’une mutation du virus pire que la précédente… Investir dans l’avenir, c’est aussi une façon de nous redonner confiance, d’aborder notre futur avec plus de sérénité.
Or, le groupe Lorient en Commun peine à percevoir l’ambition de la majorité. Il serait bien sûr malhonnête de dire qu’elle ne fait rien. Mais à défaut d’agir, elle s’agite ! Quelques trottoirs refaits, la poursuite de chantiers  commencés pendant l’ancienne mandature et bien sûr, le doublement du budget de la police municipale qui semble être le seul axe lourd prévu dans la mandature. Le moment venu, le groupe Lorient en Commun  réclamera à ce sujet une évaluation de ce choix qui grève sérieusement le budget de notre ville (près d’un million d’euros annuels). Espérons au moins que le résultat sera au rendez-vous… les articles de presse à répétition évoquant les descentes dans les « quartiers » de la police nationale ne doivent pas nous faire oublier que la police municipale, elle, n’est pas habilitée à lutter contre les trafics !
Des choix sont faits ponctuellement pour une autre gestion de la ville, c’est indéniable. Nous soutenons par exemple l’expérimentation de l’extinction de l’éclairage public la nuit, un dispositif que nous aimerions voir étendu aux enseignes commerciales d’ailleurs. Mais, d’un autre côté, la végétalisation de la ville se fait attendre, tout comme la meilleure circulation dans Lorient, un véritable plan vélo ou encore une stratégie de développement pour la langue bretonne. Que coûterait au juste une signalétique bilingue dans les bus ? Ou un livret de famille bilingue ? À peu près rien, si ce n’est une décision politique.
Certains sujets de fond n’émergent pas : comment parer aux inondations de plus en plus fréquentes ? Comment lutter contre la spéculation immobilière qui plombe les familles lorientaises ? Comment faire face à la  difficulté croissante des associations pour trouver des locaux ? La question de l’usage du foncier, notamment municipal, est plus stratégique que jamais. Quand l’évoquera-t-on dans sa globalité ? Quand la majorité cessera-t-elle de penser « en silo » quand le devenir de Lorient nécessite une vision politique transversale ?
Ar youl a vank, anat eo

Contact : elus.lorientencommun@gmail.com
Facebook : @LorientEnCommun
Téléphone : 07 60 42 08 05

Retour en haut