Expression de la minorité : Lorient en commun


(Bien) se loger : une urgence populaire !

La période estivale commence, apportant avec elle son flot de visiteurs. Une étude récente sur les Pays de Vannes et d’Auray a pourtant démontré que les habitants commençaient à se sentir oppressés par l’afflux touristique. La côte sud bretonne bénéficie déjà d’une rente de situation du fait de son littoral, mais il faudrait encore « communiquer  » sur les qualités de notre territoire, le faire « rayonner  ». Or, la belle image de carte postale et le plaisir d’habiter ici cachent mal des problématiques du quotidien pour celles et ceux qui vivent à l’année sur notre territoire.
En premier lieu l’épineuse question du logement. Dans le Pays de Lorient, 7  000  personnes sont en demande d’un logement social. Malgré un projet ANRU au Bois-du-Château qui améliorera considérablement l’image du quartier, beaucoup de familles vivent encore dans de mauvaises conditions dans un parc HLM vieillissant. Dans le parc privé, trouver un appartement est tout aussi compliqué. Si bien qu’on ne compte plus les cas de jeunes et moins jeunes (seul, en couple et/ou famille) logeant chez leurs proches, faute d’avoir trouvé un foyer.
Le fort taux de propriétaires permet de nuancer la crise du logement, mais en réalité, elle ne touche plus uniquement les plus pauvres, mais aussi la « classe moyenne  ». Sur notre territoire comme sur d’autres s’opère une véritable discrimination par l’argent entre celles et ceux qui peuvent acheter des biens à des prix déraisonnables et celles et ceux qui ne parviennent même pas à louer car on leur demande de gagner trois fois leur loyer. Les boîtes à clefs se multiplient, signe avant-coureur d’une économie résidentielle en cours. De plus en plus d’« hôtels clandestins  » poussent au bénéfice de visiteurs de courtes durées, quand les travailleurs peinent à accéder à une location.
Quand l’accès au logement est remis en cause, on ne peut pas accepter qu’une poignée d’investisseurs transforme des locations à l’année en locations touristiques. Le maire de Lorient a annoncé vouloir prendre des mesures pour réguler la location de courte durée, ce qui est une excellente chose. Il faut anticiper la montée en puissance de ce phénomène. Car si l’éloignement a pu permettre un temps de compenser l’absence de biens à des tarifs abordables sur la côte, les prix augmentent aussi dans les terres et les services ne suivent pas. Sans parler des frais d’essence et de l’augmentation des transports contraints pour se rendre au travail. Vite, réagissons !

elus.lorientencommun@gmail.com
Facebook @LorientEnCommun
Tél. 07 60 42 08 05

Retour en haut