Expression de la minorité : Lorient en commun


Urgence des choix, choix des urgences…

Nous sommes à un tournant. Nos décisions peuvent encore assurer un avenir vivable  ». Ce message, c’est celui martelé par les experts du GIEC (groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) dans leur dernier rapport. L’été que nous avons vécu et la sécheresse historique qui se poursuit doivent nous alarmer. Il faut agir et vite. Qui  ? Tous. Les états, les collectivités, les entreprises, les citoyens. À toutes les échelles. Comme si cela ne suffisait pas, l’urgence écologique contemporaine se double d’une grave crise géopolitique qui, en plus des atrocités qu’elle produit, déstabilise le marché des énergies fossiles. Ce qui nous impacte d’autant plus que notre modèle nucléaire (la moitié des réacteurs français à l’arrêt et/ou en bout de course) atteint ses limites. Les chantiers sont énormes. À l’échelle du territoire lorientais, comme ailleurs, il y a une urgence à faire les choix qui accompagneront cette nécessaire transition. Que voit-on  ? Une nouvelle flotte de bus roulant au BioGNV produit à partir de nos déchets. Très bien. On n’évoquera pas ici l’image malheureuse du maire inaugurant ces bus flambant neufs en soulevant une immense bâche en plastique... Mais la technologie « propre  » du BioGNV et de l’hydrogène ne fera pas tout. La mobilité durable, c’est autre chose. Cela suggère une vision d’ensemble combinant notamment mobilités actives (marche, vélo, trottinette, etc.) et service de transports collectifs efficient. Sinon, il y aura toujours autant de voitures dans les rues s’impatientant derrière…des bus propres. Vaste chantier également que celui de la rénovation thermique des bâtiments, de la production d’un habitat accessible pour tous, de l’autonomie alimentaire du territoire, de la préservation de la biodiversité, de la promotion d’une culture qui réenchante nos vies…
Urgence donc. Mais il y a le foot… Le stade est LA priorité du maire. Les investissements annoncés sont considérables  : plus de 40  millions d’euros, sans visibilité sur le montant des cofinancements qui pourront être obtenus (FCL, Conseil départemental, Agglomération, Conseil régional, État). Nous ne disons pas qu’il n’y a rien à faire. La vétusté de la tribune est réelle et elle devra être sécurisée. Mais pour nous les priorités aujourd’hui ne résident certainement pas dans ce projet d’envergure, lorsque des investissements structurants sont indispensables ailleurs. D’autant plus que la situation budgétaire sera de plus en plus tendue avec des prix de l’énergie qui s’envolent et que l’impact social de ces hausses sur les ménages lorientais devrait être une préoccupation pour la municipalité.
Enfin, remarquons qu’en ce début de saison, ce stade du Moustoir imparfait n’empêche pas l’équipe du FCL de briller aux premières places du championnat. Bravo les Merlus  !

elus.lorientencommun@gmail.com
Facebook @LorientEnCommun
Tél. 07 60 42 08 05

Retour en haut