Expression de la minorité : Lorient en commun


Oser vraiment la démocratie participative

L’expression démocratique locale, ce n’est pas seulement voter tous les six ans pour une liste de représentants au sein du conseil municipal. C’est aussi une implication au quotidien dans la vie de la cité, de ses acteurs et habitants.
La mairie a mis en place des conseils de quartier et une démarche de budget participatif en proposant aux Lorientais et Lorientaises de faire des propositions sur des aménagements limités (mobilier urbain, zones de partage…). Des ateliers ont par ailleurs été mis en place pour aller chercher l’avis des commerçants sur l’évolution du centre-ville. On ne peut que s’en réjouir.
Mais que dire alors de l’absence de concertation dans un projet structurant comme celui de la reconfiguration du quartier de Bois-du-Château, soumis à démolition de plusieurs centaines de logements  ? Les habitants du  quartier – près de 2  500  habitants – ne méritaient-ils pas une attention toute particulière  dans la transformation de leur cadre de vie  ? La collecte de leur avis aurait été un signe majeur de reconnaissance de leur expertise d’usage et de vie sur le quartier.
Reprendre les contours de ce projet d’envergure sans y associer les habitants est même assez contraire à la politique de la ville développée depuis des années. En effet au coeur de la politique de la ville, il y a les habitants  ! Le nouveau projet renégocié par la municipalité auprès de l’ANRU n’a donné lieu qu’à une seule réunion publique d’information en tout et pour tout. C’est bien peu. Sans surprise et malgré nos alertes, cela a laissé la population dans une grande stupéfaction.
Ces démarches différenciées en matière de démocratie participative mises en place sur le territoire interrogent et montrent la difficulté d’engager une vraie ambition en matière de participation au-delà des annonces. Bien sûr que la démocratie participative est exigeante, voire coûteuse. Coûteuse en argent mais aussi en temps, en logistique. Elle constitue donc un choix politique fort qui devrait à nos yeux irriguer tous les projets, et notamment les projets urbains. L’exemple récent de l’avenue de la Marne démontre ainsi que se passer de l’expertise d’usage – là en l’occurrence celle des cyclistes et des piétons – est une erreur.
(Re)construire de la confiance pour le politique, redonner goût à la chose publique demande de prendre au sérieux l’implication des citoyens.

elus.lorientencommun@gmail.com
Facebook  : @LorientEnCommun
Tél. 07  60  42  08  05

elus.lorientencommun@gmail.com
Facebook @LorientEnCommun
Tél. 07 60 42 08 05

Retour en haut