Quai Péristyle - image esquisse DDL

Entre mer et vallée : des projets pour se loger

Actus-Urba

Un appartement au bord de l'eau, une maison près d'une petite vallée, un logement devant la gare… En centre-ville et dans les quartiers, l’offre ne manque pas de richesse et de diversité. Elle répond à une exigence de mixité sociale et s’adapte à la diversité des besoins et des situations tout au long de la vie : jeunes, familles, séniors.

Vivre en ville, mais près d'une zone boisée ? Au bord de l’eau, mais à cinq minutes des rues commerçantes ? À Lorient, rien d'impossible ! Les cadres d'exception ont même tendance à devenir… la règle.

En matière de logement et de cadre de vie, chacun a ses priorités, qui ne sont pas forcément les mêmes selon les âges de la vie. C’est l’une des forces de l’offre proposée à Lorient, qui se développe suivant les besoins et situations de chacun : typologies variées, mixité dans les programmes immobiliers (voir encadré ci-dessous)...
Avec de grandes tendances, des envies communes : nous sommes nombreux à vouloir vivre dans un environnement naturel préservé, proche des commerces et services, avec facilités
de déplacements à pied ou à vélo et espaces de convivialité. Lors des ateliers de concertation sur le projet Bodélio, les participants ont exprimé à plusieurs reprises leurs idées autour de la « guinguette », de la promenade ou du parc…
Au Manio, la commercialisation des vingt-deux parcelles pour maisons individuelles a démarré en mars dernier. Plusieurs familles, notamment de jeunes couples avec enfants en bas âge,
ont choisi de vivre ici. Rappelons que les atouts naturels du site sont exceptionnels, puisqu'il s'agit là d'une petite vallée disposant d'une particularité topographique : les terrains bénéficient d'une pente orientée vers le sud, une aubaine en matière de luminosité naturelle et d'écoulement des eaux pluviales. Clôtures en bois, murets en pierres, palettes végétales, noues  paysagères, talus, cheminements piétons... Les prescriptions à l'égard des espaces publics qui seront aménagés sont particulièrement précises. Objectif : soigner les continuités visuelles et
physiques, les « perméabilités » au sein du quartier - ou entre le quartier et la zone boisée voisine, une « île verte » qui a longtemps été une friche méconnue. Elle sera préservée et ses franges viendront même s'intégrer au quartier de vie.
Alors que les opérations de viabilisation se poursuivent jusqu'à l'automne, les préconisations architecturales sont elles aussi très fortes (usage de matériaux bio-sourcés, volumétries simples,
maisons épurées et compactes, grandes ouvertures, occultations en bois…). Au Manio, il y aura donc des maisons individuelles, mais aussi de l'habitat participatif écologique avec le projet
inter-générationnel de l'association « Les toits partagés » : pour vivre heureux, on peut aussi vivre groupés !

Trame verte

Les ambitions paysagères autour de ce projet sont liées à la situation du quartier à l'échelle de la ville, situé au coeur d’une « trame verte » qui se dessine du vallon de Kerulvé jusqu'à la
pointe du Péristyle, en passant par le quartier de la gare. Juste devant la gare, voilà justement un autre cadre d'exception pour de futurs logements. Pas de petite vallée comme au Manio,
mais un site unique par son emplacement, en connexion avec tous les moyens de transports (train, bus, services de location voitures ou vélos…)

Le programme « Éolie » et ses 111 appartements en cours de construction comptera des espaces verts distribués en jardins, en terrasses végétalisées et en cheminements arborés ainsi que des liaisons piétons-vélos pour faire le lien, en douceur, vers l'hyper-centre, le port de plaisance puis l'Enclos du port. Sur cette pointe du Péristyle, la trame verte rejoint la trame bleue, le végétal se mêle aux embruns, à l'air du large. C’est ce qui a séduit Maël, 29 ans, qui a acquis au printemps un T3 au « Quai Péristyle », la résidence de 49 logements dont la construction
a démarré en début d'année. « Ayant vécu plus de deux ans à Madrid, je recherchais un logement en centreville, d'autant que je viens d'ouvrir un commerce dans l’hyper-centre. L’emplacement au bord de l’eau et la belle luminosité des appartements m’ont convaincu ! »

Rives

Maël est un jeune actif, mais ce programme immobilier a lui aussi fait des adeptes dans toutes les tranches d’âge. Un coup de coeur qui ne tient pas du hasard, comme l’explique l’architecte
Gwen David, du cabinet lorientais DDL qui a conçu le bâtiment : « C'est la qualité du site qui a porté le projet, expliquet-il. Le lieu a déjà son écriture, forcément particulière car liée à son histoire. Nous avons donc volontairement conçu un bâtiment sans effet spectaculaire, sans artifice, tout en sobriété et en épure, pour valoriser ce lieu.
Notre parti-pris : une façade lisse avec jeux de transparence et effet miroir ». Projet simple en apparence… mais déjà primé ! L’air du large, on le retrouve parfois même encore en s'éloignant des rives, dans des rénovations de l’habitat ancien et des réhabilitations du parc social, autant de priorités en centre-ville et dans les quartiers (ravalements de façades, rénovations thermiques, accessibilité, co-propriétés...). Pour la future mise en couleurs de l’immeuble du Moustoir (« Les Echasses ») la coloriste Anne Petit est allée puiser ses sources  d'inspiration dans « le côté marin, le ciré jaune, la pêche, les vacances à la mer, la Bretagne » pour proposer une colorimétrie qui va radicalement changer la perception des lieux… Lorient Habitat, qui pilote l’opération, a programmé en parallèle toute une série d’interventions, à partir du mois d'octobre, pour la rénovation thermique du bâtiment : isolation extérieure, ravalements,
mise en place de panneaux photovoltaïques…
Changer la perception des lieux et redonner des couleurs à un cadre de vie sont de manière générale les grands enjeux des rénovations urbaines, comme celle qui va débuter au Bois-du-Château. De nouvelles liaisons piétonnes, des espaces verts, des formes d'habitat renouvelées : avec un grand parc de dix hectares, les rives du Scorff à proximité et de nombreux atouts, le potentiel est bien là, dans le quartier… Un potentiel d’exception ! 

Mixité(s)

Le développement d'une offre de logements à bas loyers fait partie de la panoplie de réponses aux objectifs de mixité sociale et générationnelle. Les programmes immobiliers sont tenus d'intégrer une part de logements sociaux qui seront proposés en location mais aussi des dispositifs d’accession sociale à prix maîtrisé pour favoriser l'acquisition des jeunes ménages.
La mixité dans les programmes immobiliers, c’est aussi celle des usages : les habitants souhaitent en effet pouvoir disposer de services et de commerces, tout près de chez eux. C'est le cas avec les projets à Lorient (plus de 5 000 m² prévus pour les bureaux, commerces et espaces tertiaires dans le programme « Éolie », 1 000 m² pour le programme « Quai Péristyle »…).

Lire ce dossier paru dans Lorient mag de septembre (5 pages en version pdf)

Retour en haut