Exposition sur le café au musée de la Compagnie des Indes

Café, plaisir au goût d’amertume

À partir du 30 avril, le Musée de la Compagnie des Indes met en scène le café, trésor des Mascareignes, objet du désir des riches bourgeois européens, mais aussi cause d’un trafic d’esclaves lucratif.

S’il est banal aujourd’hui de trouver une tasse de café fumant sur la table du petit-déjeuner ou au bistrot, le café n’a pas toujours été si accessible. Sa passionnante histoire rassemble les liens complexes du commerce, de la conquête du monde et de l’esclavage.
Comment un si petit grain, initialement considéré comme produit médicinal, s’est imposé dans toute l’Europe ?
Comment, venu du Yémen, il s’est implanté aux îles Mascareignes, puis dans les Antilles, pour étancher la soif des riches Européens ?
Pourquoi son essor s’est-il accompagné de temps de souffrances : celles des esclaves vendus par la Compagnie des Indes pour cultiver le café ?
Les historiens estiment que plus de 1700 expéditions négrières ont été organisées vers les Mascareignes…
Et encore, quel poids immense devait peser le marché européen du café pour imposer la création d’ustensiles nécessaires à sa dégustation, depuis les brûloirs et les moulins jusqu’aux porcelaines japonaises puis chinoises de commande. Le café va même accélérer la consommation d’un autre mets de choix : le sucre.

C’est à ce voyage aux multiples ramifications que convie la nouvelle exposition du Musée de la Compagnie des Indes, dans une mise en scène réinventée de ses riches collections, et avec l’entrée de nouvelles acquisitions remarquables, comme un ensemble complet en porcelaine "cabaret de verny de Chine", ou encore une collection étonnante de trois cents tasses à café de commande chinoises.

Exposition présentée au musée de la Compagnie des Indes (citadelle de Port-Louis) du 30 avril au 15 décembre 2022

Des conférences sont proposées par le musée une fois par mois. Plus d'information en cliquant ici

Retour en haut